2ème année : « Référents symboliques et clinique alchimique »

« Le processus et le travail de l’inconscient »

Cette deuxième année est consacrée à l’étude des répertoires symboliques et notamment de celui de la philosophie alchimique, qui est le référent essentiel de la psychologie analytique.

Formation sur le processus et le travail de l’inconscient

(La philosophie alchimique, dans la mesure où elle décrit, sous une forme projetée, le travail de l’inconscient, peut être considérée comme une proto-psychologie de l’inconscient, comme Jung l’a bien montré, qui a consacré une bonne partie de son oeuvre au rapprochement entre ce qu’il observait et le fonds traditionnel ).
Nous nous appuyons notamment sur les ouvrages suivants : Psychologie et Alchimie, La Psychologie du Transfert, Mysterium Conjunctionis, Les Racines de la Conscience, Aion, sur ceux de Marie Louise von Franz, en particulier Alchimie, une introduction au symbolisme et à la psychologie et Matière et Psyché, et enfin, de façon très substantielle, sur l’oeuvre d’Etienne Perrot.

En introduction à cette deuxième année, nous nous arrêterons un moment sur les réflexions et définitions de Jung et de ses successeurs concernant les archétypes.

Un accent significatif est mis sur la phénoménologie de l’inconscient et donc sur la vie symbolique. C’est à dire que nous nous attachons à repérer, parmi les productions spontanées de l’inconscient, quels symboles se rattachent à telle ou telle phase du développement psychique, comment ces symboles décrivent les mouvements de l’âme et affectent le psychisme, et quelles métamorphoses ils favorisent. On peut retenir cette définition du symbole issue d’un ouvrage d’Etienne Perrot : « Une image née de la profondeur de la conscience et véhiculant un dynamisme qui, si on l’accueille, enrichit le champ de conscience et y produit une transformation ».
Cette connaissance des symboles enrichit évidemment aussi notre capacité à procéder à des diagnostics.

Nous sommes donc clairement dans une psychologie de l’inconscient et nous nous intéressons d’abord à ce que la psychologie des profondeurs de Jung a le plus nettement mis en évidence, à savoir le travail naturel de transformation psychique amorcé ou effectué par l’inconscient et son orientation vers un but. L’inconscient dont la psychologie analytique jungienne constate l’autonomie de certaines strates est un processus. Ce travail de l’inconscient permet une réorientation et une transformation dans la mesure où l’on s’y raccorde, c’est-à-dire que l’on accepte d’être saisi et affecté par lui, ce qui est la mesure d’une participation consciente à l’individuation. Il s’agit il va sans dire d’un travail qui concerne la structure de l’être et donc la transformation des ressorts de la personnalité.
Il est important de préciser que notre approche ne revêt en aucun cas le caractère d’une entreprise d’érudition. Nous ne nous penchons sur ces symboles que parce qu’ils apparaissent très fréquemment dans nos rêves, sous une forme traditionnelle ou sous une forme plus singulière (actualisée).

Organismes Partenaires